Par: DailyForex.com

Pour une bonne part, la connaissance du marché revient à savoir qui sont ses acteurs et à comprendre sa structure. Le marché du Forex est le marché le plus important en volume de capitaux dans le monde, avec environ 4 000 milliards de dollars échangés chaque jour. Contrairement aux marchés boursiers réglementés qui échangent des parts de sociétés, le marché du Forex n’est pas centralisé ; on peut le visualiser sous la forme d’une série de fontaines ou d’un gâteau de mariage, avec les participants les plus importants au sommet et des échanges en cascade. Les participants les plus importants obtiennent les meilleures conditions et peuvent déplacer le marché avec leurs ordres, mais la taille même du marché empêche toute manipulation par une seule entité. En partant du sommet pour redescendre, le marché du Forex ressemble à la description suivante.

Les banques centrales

Les banques centrales sont des banques nationales, chargées d’émettre et de prêter les différentes monnaies nationales. Elles se trouvent au sommet de la « chaîne alimentaire ». Elles définissent généralement la politique monétaire et les taux d’intérêt, et peuvent augmenter ou réduire l’offre de leur monnaie. Elles ont également généralement d’énormes réserves d’autres monnaies et stocks de valeurs, tels que des lingots d’or. Cela signifie qu’ellesdisposent de plusieurs pouvoirs qui, lorsqu’ils sont exercés, peuvent déplacer le marché de leur monnaie de façon spectaculaire. Le meilleur exemple de ce fait s’est produit en 2015 lorsque la Banque nationale suisse a annoncé une étonnante suppression de la cotation du franc suisse par rapport à l’euro, ce qui a eu pour effet une augmentation de 30% du prix sur certaines cotations. Les banques centrales ont souvent pour objectif politique, officiellement déclaré ou non, de préserver la valeur relative de leur monnaie dans certaines bandes, et elles mettront en œuvre cette politique en intervenant sur le marché du Forex en cas de menace des limites de la bande. Notez que cela n’est pas toujours couronnés de succès : la Banque d’Angleterre a essayé sans succès de maintenir la valeur de la livre sterling face au Deutschmark allemand en 1992, mais a été forcée d’abandonner sa tentative après avoir dépensé plus d’un milliard de livres sur le marché. Il est beaucoup plus facile pour les banques centrales de dévaloriser leur monnaie que de maintenir ou d’augmenter leur valeur. Les banques centrales agissent également en prêtant et en fournissant des liquidités aux plus grandes banques de leurs pays. Si ces grandes banques sont en difficulté, c’est la banque centrale qui doit intervenir pour régler les difficultés rencontrées.

Les banques

La majeure partie du volume du marché est négociée sur le marché interbancaire, c’est-à-dire entre les banques. Les banques négocient pour elles-mêmes et pour leurs clients, qui sont répertoriés plus loin dans cet article. Le marché interbancaire est dominé par les « quatre grandes »: par volume, il s’agit de Citibank avec 12,9 %, JP Morgan et HSBCavec 8,8 % chacune, et Deutsche Bank avec 7,9 %. Les banques négocient pour elles-mêmes à la fois comme une entreprise spéculative (bien que la taille de ce domaine diminue) et pour construire leur propre stock de monnaie, mais aussi en tant que revendeur auprès des grands acteurs professionnels du marché. En tant que revendeur, les banques tirent leur profit des spreads qu’ils ajoutent aux taux de change cotés à leurs clients.

Trading Chart

Les gestionnaires de placements et les hedgefunds

Les plus grands clients des banques sont les hedgefunds spéculatifs et les gestionnaires d’autres véhicules de placement. Ils peuvent souhaiter échanger des devises pour financer des achats de titres libellés dans des devises qu’ils ne possèdent pas, couvrir un risque dans les futures fluctuations des taux de change qui pourraient avoir une incidence défavorable sur leurs portefeuilles de titres, ou simplement spéculer sur de telles fluctuations à des fins lucratives. Si les hedgefunds négocient de très gros volumes et reçoivent une publicité importante, les fonds de pension représentent un total plus important d’actifs sous gestion. Toutefois, leur style de trading tendant à être plutôt conservateur, les hedgefunds sont les plus grands preneurs de risques et tendent à avoir une plus grande influence sur le marché du Forex.

Les entreprises

Les sociétés, au même titre que les gestionnaires de placements et les hedgefunds, traitent également avec les banques. Les grandes sociétés ont tendance à traiter directement avec les grandes banques, tandis que les petites sociétés travaillent naturellement avec les banques plus petites. Les brokers du Forex sont des sociétés et s’inscrivent donc dans ce créneau de la chaîne de trading. De nombreuses sociétés sont multinationales ou participent tout du moins au commerce international. Même si ce n’est pas le cas, leurs bénéfices peuvent être exposés aux risques liés aux fluctuations des taux de change. De ce fait, les sociétés doivent effectuer des transactions monétaires et sont souvent désavantagées sur le marché car elles s’y trouvent forcées : elles ne peuvent toujours choisir le moment où elles négocient. Pour cette raison, le trading des dérivés du Forex tels que les swaps et les contrats à terme est courantet souvent utilisé par les sociétés comme un moyen efficace de se prémunir contre ces risques à l’avance. Notez que le volume total du Forex négocié par les sociétés à des fins commerciales est ridicule en comparaison des volumes négociés par les gestionnaires de placements et les hedgefunds à des fins spéculatives, bien que de nombreux gestionnaires de placements agissent comme hedgers plutôt que comme spéculateurs, et partagent donc quelques caractéristiquestypiques des sociétés.

Les traders de détail

Malheureusement, nous nous trouvons en bout de chaîne, en négociant avec des conditions désavantagées par rapport à tous les autres acteurs mentionnés ci-dessus. Nous avons besoin de brokers du Forex de détail pour trader, et ces brokers risquent même de ne pas couvrir leurs risques sur nos positions. S’ils le sont, ils utiliseront habituellement une banque pour leurs transactions du Forex, qui à son tour utilisera probablement une autre banque, avec potentiellement derrière elle une des « quatre grandes » banques de niveau 1. À chaque niveau, les prix, les spreads etc. sont de moins en moins intéressants. Dès lors, qui sont les centaines de milliers de personnes comme nous qui tradent le Forex avec les brokers de détail ? Selon les résultats d’un sondage remontant à 2014 :

  • La répartition des sexes obtient 70 % d’hommes et 30 % de femmes. La proportion de femmes est la plus forte en Europe (41 %).
  • L’âge médian est 35 ans– relativement jeune.
  • 35 % sont en Europe, 40 % en Asie, seulement 4 % aux États-Unis.
  • Les Américains ont le dépôt moyen le plus élevé, avec 6 000 $.
  • Répartition par région : Europe 35 %, Asie 24 %, Moyen Orient 13 %, Amérique du Sud 8 %.
  • 84 % pensent qu’il est possible d’obtenir une rentabilité mensuelle positive, 30 % y parviennent.
  • Les comptes plus importants tendent à avoir une meilleure rentabilité.

Adam est un trader Forex qui a 12 ans d’expérience sur les marchés financiers, dont 6 ans avec Merill Lynch. Il est diplômé en gestion de fonds and gestion d’investissement par le Chartered Institute for Securities & Investment au Royaume –Uni.
Suivez Adam Lemon sur twitter
Adam Lemon sur Google+

0 Commentaires

L'inscription est nécessaire afin d'assurer la sécurité de nos utilisateurs. Connectez-vous via Facebook pour partager vos commentaires avec vos amis, ou inscrivez-vous à DailyForex pour poster vos commentaires, rapidement et en toute sécurité, à chaque fois que vous avez quelque chose à dire.

Connexion | Créez un compte sur DailyForex.com dès maintenant