La Cryptomonnaie Est-Elle la Nouvelle Monnaie Fiduciaire ?

Par: DailyForex.com

On ne peut nier le battage incroyable autour de l’engouement pour les cryptomonnaies. La monnaie numérique a captivé l’imagination des investisseurs, des journalistes et bitcoin du grand public, au point que certains la considèrent même comme un digne prétendant au trône actuellement occupé par la monnaie fiduciaire. Ainsi, quelles sont les chances que les cryptomonnaies renversent la monnaie fiduciaire pour devenir le système monétaire dominant ? Rédacteur sénior chez FXTM, Ben Lovell-Viggers regarde derrière le rideau glamour et brillant pour le découvrir.

Voilà près de 50 ans que l’économie mondiale est passée des monnaies indexées sur les métaux au système de monnaie fiduciaire. Préoccupé par l’affaiblissement de l’influence économique des États-Unis et de la hausse des coûts de la guerre du Vietnam, le président de l’époque, Richard Nixon, découpla le dollar des réserves d’or américaines et mit fin à l’accord de Bretton Woods. Les adeptes des cryptomonnaies voudraient nous faire croire que la montée stratosphérique des actifs tels que le Bitcoin, Ethereum et Ripple, sonne le glas de la monnaie fiduciaire. Ils affirment que, après un demi-siècle de réglementation financière stricte par les gouvernements et les banques centrales, il est temps pour les individus de récupérer le contrôle total de leur argent - un objectif noble qui est réalisable si la monnaie numérique devient le statu quo économique.

Dès lors, quels sont les avantages des cryptomonnaires comme le Bitcoin sur les devises fiduciaires ?

Pour commencer, elles sont pratiques. Les cryptomonnaies permettent d’économiser beaucoup de temps et d’argent aux entreprises et aux sociétés de services financiers en éliminant les intermédiaires lors des transactions ; les frais pour ces transactions ont tendance à être significativement plus bas aussi. Et ce n’est pas tout : une critique majeure du système fiduciaire est la manière dont la valeur de la monnaie d’un pays peut changer en dehors des frontières nationales. Le naira nigérian en est un parfait exemple : sa valeur chute de 30% dès sa sortie du Nigeria. Les monnaies numériques, pour la plupart, ne sont pas émises par une nation ou un État et ne sont donc pas soumises aux mêmes fluctuations géographiques

Ensuite, il y a l’infaillible tenue de registres et l’anonymat fournis par la blockchain. Constituée d’un registre des transactions de cryptomonnaie en croissance continue, la blockchain a été développé aux côtés de Bitcoin par le mystérieux Satoshi Nakamoto. La blockchain est une défense efficace contre la fraude, car les entrées du registre ne peuvent pas être modifiées une fois traitées - cela permet également une décentralisation complète, une des caractéristiques des cryptomonnaies les plus appréciées. La décentralisation signifie que les cryptomonnaies ne sont réglementés par aucune autorité gouvernementale ou financière et, par conséquent, ne sont pas assujettis à aucune des politiques et aucun des programmes des banques centrales. Au lieu de cela, les cryptomonnaies s’autorégulent via leurs propres réseaux pair à pair.

Jusqu’ici tout va bien. Malheureusement tous les crypto-dévots, plusieurs raisons sérieuses pourraient bloquer le remplacement de la monnaie fiduciaire par la monnaie numérique. En premier lieu, la frénésie spéculative actuelle entraînée par des cryptos renommées comme Bitcoin et Ripple pose un souci. Il est trop tôt pour voir si les pics records de Bitcoin réalisés fin 2017 constituent une véritable bulle financière, mais on ne peut s’empêcher de constater que la BTC - et les cryptos en général - connaissent un niveau de spéculation sans précédent. Et pourquoi pas ? Les cryptomonnaies sont innovantes, technologiques et indéniablement futuristes, des qualités qui les rendent irrésistibles à la fois pour les médias et pour le grand public. Le problème avec un tel battage publicitaire est que cela conduit souvent à une perte de repère vis à vis des préoccupations pratiques et fondamentales, y compris :

Blanchiment d’argent et décentralisation – Les initiatives de lutte contre le blanchiment d’argent constituent une préoccupation majeure de l’industrie des services financiers, des banques et des entreprises dépensant des sommes considérables pour assurer leur conformité réglementaire. Si les monnaies numériques remplacent la monnaie fiduciaire, l’anonymat permis par la technologie comme la blockchain rendrait cette lutte extrêmement difficile, coûteuse et longue. De nombreuses banques et d’autres organisations financières seraient réticentes à adopter des cryptomonnaies pour cette raison. Un problème similaire découle de la nature « décentralisée » des monnaies numériques. Les gouvernements et les autorités financières sont extrêmement peu susceptibles de sanctionner une monnaie sur laquelle ils n’exercent aucune influence ou contrôle.

Sécurité – Si la blockchain garantit que les transactions de cryptomonnaies sont enregistrées en toute sécurité, la même sécurité s’applique rarement aux monnaies elles-mêmes. Les cryptomonnaies sont vulnérables au piratage informatique, aux problèmes d’alimentation électrique, aux problèmes logiciels et aux erreurs humaines. Quelque chose d’aussi inoffensif qu’une tasse de café ou un accident de disque dur pourrait entraîner la perte de millions de dollars de Bitcoin. On se souviendra de l’investisseur qui a accidentellement jeté un ordinateur portable contenant 7500 bitcoins et a passé ses journées dans les décharges (une histoire vraie) ; perdre votre carte de crédit ne rend pas les fonds de votre compte définitivement inaccessibles.

Échelle – La capitalisation boursière maximale des différentes monnaies fiduciaires du monde est d’environ 81 billions de dollars. Vous pourriez rassembler toutes les cryptomonnaies dans le monde et leur capitalisation boursière combinée ne dépasserait pas 127,5 milliards de dollars. Les monnaies numériques ont encore un long chemin à parcourir avant que le système fiduciaire commence à s’inquiéter. Le coût, le temps et les efforts nécessaires pour refondre le système fiduciaire et le remplacer par un système purement numérique sont astronomiques - les économies nationales, les entreprises, les institutions financières et les consommateurs devraient tous être transférés du système qu’ils utilisent depuis près d’un demi-siècle.

Au final, les devises numériques devront probablement se rapprocher de la monnaie fiduciaire si elles veulent être acceptées de façon générale. Les institutions financières et les gouvernements commencent à s’inquiéter de la prolifération des cryptomonnaies, certains d’entre eux, comme la Suède et la Russie, sont déjà en train d’élaborer leur propre monnaies alternatives. Ils cherchent à tirer profit de l’application efficace des intérêts, de la facilité d’imposition et des économies de coûts qu’offrent la monnaie numérique, sans les problèmes de sécurité, le blanchiment d’argent et le manque de surveillance centralisée. Cela signifie que les cryptomonnaies du futur existeront presque certainement aux conditions des banques centrales, des institutions financières et des organismes gouvernementaux. Désolé pour tous les idéalistes - le couperet tombera certainement à nouveau !

L'équipe de DailyForex.com est composée de traders, d'analystes et de rédacteurs du monde entier, chacun apportant une perspective unique sur le marché Forex et utilisant différentes stratégies pour vous aider à améliorer votre trading Forex.