Dois-je Payer des Impôts pour Trader le Forex au Royaume-Uni ?

Gil Abraham

Le trading du Forex est-il libre d'impôt au Royaume-Uni ?

Au moment d'écrire ces lignes, les bénéfices du spread betting ne sont généralement pas imposables au Royaume-Uni. Cependant, les bénéfices du trading des CFD sont imposables. Il peut toutefois y avoir des exceptions à ces règles, comme indiqué ci-dessous.

Il existe une « zone grise » dans le sujet complexe de cette question. Au Royaume-Uni, il existe trois types d'impôts (revenus, sociétés et plus-values) qui, dans divers cas, seront à la base de l'imposition des bénéfices du trading du Forex. Les traders du Forex sont également classés selon différentes catégories, ce qui peut affecter la base d'imposition de leurs bénéfices de trading du Forex.

La première étape pour répondre à la question de savoir si un individu paiera des imôts sur le trading du Forex au Royaume-Uni est d'évaluer le statut du trader, d'examiner les instruments échangés, puis de déterminer le style et les intentions derrière l'activité de trading.

Cela peut parfois prêter à confusion, c’est pourquoi chaque trader doit toujours demander des conseils financiers individualisés à un comptable professionnel ou consulter le HMRC (Her Majesty’s Revenue and Customs, c’est-à-dire l’administration fiscale) pour recevoir des conseils, bien que, malheureusement, de nombreux traders signalent que le HMRC n’est pas aussi utile qu’ils l’espéraient.

Le statut imposable des traders du Forex

D'une manière générale, il y a deux raisons pour lesquelles vous pratiquez le « trading » du Forex  :

  • Pour spéculer ou jouer, OU
  • Pour investir (pour augmenter la performance de vos rendements quotidiens, hebdomadaires ou annuels, directement ou indirectement).

1. Le joueur spéculateur

Ce trader du Forex aime les gains occasionnels et placera spontanément des transactions sans méthode ou système cohérent réel pour appuyer ses décisions.

Ce type de trader aura généralement d'autres formes de revenus. Tout revenu supplémentaire provenant du trading du Forex sera considéré comme secondaire, par conséquent, il ne sera pas tenu de payer d'impôt sur les bénéfices et sera effectivement en mesure de trader en franchise d'impôt au Royaume-Uni.

2. L’investisseur

Ce type de trader traite le trading comme une entreprise.

Les impôts pour trader le Forex au Royaume-UniUn investisseur traite le trading du Forex comme sa principale source de revenu, ou sa principale source de revenu découle d'une manière ou d'une autre de l'activité de trading, auquel cas il sera assujetti à l'imposition des bénéfices sur la base du revenu, des plus-values ou de l'impôt sur les sociétés.

Ainsi, nous pouvons voir que la première question à résoudre est de savoir quel type de trader vous êtes : un spéculateur/joueur ou un investisseur.

Il convient toutefois de noter que cela seul ne peut pas être utilisé pour déterminer l'étendue de vos obligations fiscales. Les autres facteurs décrits ci-dessous sont les prochains points à prendre en compte.

Les bénéfices du spread betting et des CFD sont-ils imposables au Royaume-Uni ?

Il existe différents types d'instruments disponibles chez la plupart des brokers du Forex lorsque vous pratiquez le trading du Forex. Pour les traders du Forex de détail, les deux principaux produits proposés aux clients britanniques sont le « spread betting » et les « CFD ».

C'est le deuxième facteur qui entre en jeu : le type d'instruments que vous tradez et qui vous permet de réaliser des bénéfices.

Voyons comment ces produits diffèrent et examinons les différentes implications fiscales britanniques de leur trading.

Le spread betting est le moyen le plus simple de trader. Il est aussi le plus facile à comprendre pour les débutants.

Avec le spread betting, vous pariez simplement sur la direction du prix, pour un certain montant par point. Par exemple, vous pariez que la paire GBP/USD augmentera à 1 £ par pip.

Ce type de pari est considéré comme de la spéculation / du jeu et est donc exempt de tout impôt sur les plus-values.

CFD - Ils sont un peu plus compliqués.

Avec les CFD, vous dimensionnez votre transaction en fonction de « lots », par exemple 1 lot d’une paire de devises majeure vaut généralement 10 $ par pip. Notez que la plupart des brokers du Forex de détail proposent de trader des mini-lots, avec un mini-lot égal à 0,01 lot.

En outre, dans le trading des CFD, la devise de base de votre pari est déterminée par l'instrument sous-jacent sur lequel vous pariez, tandis que dans le spread betting, tous les paris sont libellés dans la devise de base de votre compte.

La plupart des brokers du Forex offrant des opérations sur CFD imposent également une opération supplémentaire lors de la conversion de votre profit ou perte dans la devise d’origine de votre compte, ce qui ajoute une autre dimension à votre profit ou perte. Par exemple, si la devise de base de votre compte est GBP, mais que vous réalisez un bénéfice de 10 000 Yens japonais, votre broker vous créditera généralement le profit Yen à la fin de la journée, le convertissant en GBP au prix de la paire GBP/JPY en vigueur à le moment de la conversion.

Les CFD sont généralement tradés avec un laps de temps plus long à l’esprit que le spread betting, par conséquent, une position sur des CFD est considérée comme du « capital » et est donc généralement soumise à l’impôt sur les plus-values.

« Circonstances personnelles » des traders du Forex

Comme mentionné précédemment, lorsque l’on aborde la question « dois-je payer des impôts sur le trading du Forex au Royaume-Uni », trois facteurs principaux doivent être examinés. Nous avons déjà couvert les deux premiers.

Le dernier facteur qui doit être pris en compte est le plus complexe et nécessite une analyse des finances personnelles et de la situation du trader du Forex, combinée à un examen de l'activité du trading qui a eu lieu et qui a généré les bénéfices.

HMRC prendra en compte les questions suivantes lors de l'évaluation de votre situation personnelle :

  1. Que vous payiez des impôts ou non sur le reste de vos revenus (le cas échéant).
  2. Si vous êtes redevable de l'impôt, quel impôt vous payez et combien.
  3. Tranche de salaire - si vous gagniez plus ou moins de 50 000 GBP par an.
  4. Si vous êtes une société anonyme, une partie d'une société ou un travailleur indépendant.
  5. Si vous avez des employés et le rôle qu'ils jouent dans vos bénéfices.
  6. Les produits ou les actifs impliqués (CFD ou spread bets).
  7. Le fréquence et le volume de vos échanges.
  8. La durée de vos transactions (temps entre l'ouverture et la fermeture des positions).

Par conséquent, bien que vous puissiez être sûr de la façon dont vous devriez être imposé sur vos bénéfices de trading du Forex en tant que contribuable résident du Royaume-Uni, le HMRC peut voir les choses différemment et vous poser des questions plus détaillées pour arriver à une décision. C’est pourquoi il est important, surtout dans les cas où les circonstances ne semblent pas claires, de prendre conseil auprès d’un comptable professionnel ou d’un conseiller fiscal. Si vous pensez que cela ne vaut pas le coût parce que vos bénéfices sont modestes, c’est une bonne idée de mettre de côté les impôts que vous paieriez dans le pire des cas, ainsi, si vous recevez une facture du HMRC, vous pourrez la payer.

Le trading du Forex est-il libre d'impôt au Royaume-Uni ?

Après avoir étudié cette question en profondeur, nous pouvons conclure que si vous tradez en spread betting au Royaume-Uni en tant que trader amateur, tous les bénéfices que vous réalisez au trading du Forex ne seront pas soumis à une demande fiscale du HMRC.

Par rapport à l'UE et aux États-Unis, les lois fiscales britanniques pour les traders du Forex sont considérées comme parmi les plus favorables au monde.

Si vous gardez à l'esprit qu'environ 70 % de tous les traders du Forex au détail perdent de l'argent, cependant, il est facile de comprendre pourquoi le HMRC ne voudrait pas que ces pertes soient compensées par les revenus provenant d'autres sources, ce qui explique pourquoi il n'a pas institué de loi en ce sens.

Gil Abraham
Gil Abraham est un investisseur/chercheur qui a commencé à s’intéresser aux marchés financiers en 2002. En tant qu'investisseur, Gil Abraham se concentre principalement sur les matières premières, les devises, les titres à revenu fixe et les indices.

exclamation mark

Veuillez vous assurer que vos commentaires sont appropriés et qu'ils ne font pas la promotion de services ou de produits, de partis politiques, de matériel de campagne ou de propositions de scrutin. Les commentaires contenant des propos injurieux, vulgaires, offensants, menaçants ou harcelants ou des attaques personnelles de toute nature seront supprimés. Les commentaires incluant du contenu inapproprié seront également supprimés.

0 User comments

exclamation mark

Veuillez vous assurer que vos commentaires sont appropriés et qu'ils ne font pas la promotion de services ou de produits, de partis politiques, de matériel de campagne ou de propositions de scrutin. Les commentaires contenant des propos injurieux, vulgaires, offensants, menaçants ou harcelants ou des attaques personnelles de toute nature seront supprimés. Les commentaires incluant du contenu inapproprié seront également supprimés.

Lire plus
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.