Le Krach Boursier de 2020 est-il Terminé ?

Adam Lemon

Il est peu probable que la liquidation forte et brutale des marchés boursiers déclenchée par la pandémie de coronavirus en février/mars 2020 se termine bientôt, malgré les hausses temporaires de soulagement et les plans de relance. Les analyses techniques et fondamentales suggèrent que la baisse des actions devrait se poursuivre jusqu’à ce que les marchés aient chuté de 50% par rapport à leurs prix records, et peut-être même davantage, car les marchés digèrent les coûts économiques stupéfiants des mesures prises pour contenir la pandémie . Le S&P500 devrait chuter à 1750, voire moins, en 2020.

Vous pouvez trader les indices boursiers en les achetant ou les vendant avec l'un de nos brokers recommandés.

Le krach boursier de 2020

Le 19 février 2020, le marché boursier américain a atteint un sommet historique, tel que mesuré par l'indice S&P 500. En seulement 15 jours de trading, l'indice s'est effondré et a chuté de plus de 20 % par rapport à son sommet. Ce fut le krach boursier le plus rapide jamais survenu aux États-Unis au cours du siècle dernier, dépassant même la radpitié du grand krach boursier de 1929, qui mis 30 jours pour atteindre une baisse de 20 % par rapport à son sommet. Une baisse de 20 % par rapport à un pic est la définition traditionnelle d’un marché baissier lorsqu’elle se produit très rapidement, elle peut être décrite comme un krach.

Le krach boursier de 2020 n’a pas seulement affecté les États-Unis, mais aussi tous les marchés boursiers du monde. La plupart des marchés et des indices ont enregistré des baisses de plus d’un tiers de leur valeur, bien que ces baisses aient été suivies de remontées à des niveaux plus élevés. Au moment de la rédaction de cet article, cependant, à peine un tiers des baisses totales avait été récupéré.

Krach boursierLa grande question pour les traders et les investisseurs est de savoir si les marchés boursiers doivent encore chuter à de nouveaux plus bas, et si oui de combien ; ou entamer un processus de reprise sans violer les récents creux, ce qui suggère que le moment est venu d’acheter des actions. En fait, c’est une question pour tout le monde, car la santé du marché boursier peut avoir un impact direct sur la santé de l’économie « réelle », les revenus et le chômage. Nous pouvons essayer de répondre à cette question en examinant deux facteurs : ce qui a provoqué le krach boursier de 2020 et comment il se compare aux autres krachs boursiers survenus au cours du siècle dernier.

Causes du krach boursier 2020

La principale cause évidente était la pandémie mondiale de coronavirus qui s’est propagée de Chine pour atteindre rapidement le cœur des pays du G7 en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Une maladie hautement infectieuse sans traitement, qui semblait initialement avoir un taux de mortalité entre 2 % et 4 %, fut un événement extrêmement alarmant et sans précédent dans les pays développés depuis la pandémie de grippe espagnole de 1918. Cette raison singulière a placé la panique initiale du marché dans une catégorie psychologique unique, et a certainement contribué à la forte vitesse et intensité du krach. Cette situation unique rend difficile de comparer ce krach aux krachs boursiers historiques.

Il y a deux causes secondaires majeures qui sont souvent citées : une guerre des prix du pétrole entre la Russie et l'Arabie saoudite, qui peut être considérée comme l'étincelle qui a allumé la poudre, et le fait qu'il y avait simplement eu un marché haussier très long et étendu qui avait vu la valeur des actions fortement augmenter depuis l'élection du président Trump en novembre 2016, et qui appelait a minima une forte correction. Les marchés étaient globalement considérés comme en situation de « surachat ».

Ces causes peuvent être comparées plus tard aux causes perçues des krachs boursiers historiques pour aider à déterminer quel précédent historique est le plus susceptible de servir d'exemple pour ce qui suivra sur le marché boursier ces mois et années à venir.

Comparaison technique des marchés boursiers américains de 1929 à 2020

Un marché baissier peut être défini comme la baisse de valeur d'un indice majeur du marché d'au moins 20 % par rapport à son pic récent. Il est également utile de ne sélectionner que les pics qui sont des sommets historiques, car il ne fait aucun doute conceptuel qu'un marché est haussier lorsqu'il établit un nouveau prix record. Selon ces critères, il y a eu 13 marchés baissiers depuis 1929, y compris le marché baissier qui a commencé en 2020. Les statistiques cruciales de tous ces marchés baissiers sont présentées dans le tableau ci-dessous, classées en ordre décroissant de gravité, mesurée par le déclin total entre le pic et le creux du marché. Nous pouvons voir que le marché baissier de 2020 (surligné en jaune dans le tableau ci-dessous) est déjà le septième marché baissier le plus grave depuis 1929. Bien sûr, nous ne savons pas encore combien de temps durera ce marché baissier ni quelle sera la gravité du déclin.

Marchés baissiers américains entre 1929 et 2020

Marchés baissiers américains entre 1929 et 2020

Un certain nombre de conclusions peuvent être tirées de cette comparaison d'analyse technique :

  • Le marché baissier de 2020 a connu la transition haussière la plus rapide du marché depuis plus d'un siècle.
  • Un seul autre marché baissier a connu une baisse de l'ampleur de 2020 sans continuer à enregistrer un déclin d'au moins 50 %.
  • Les deux marchés baissiers les plus récents, observés depuis 2000, ont chacun produit des baisses maximales supérieures à 50 %. Il se peut que la volatilité des krachs ait eu tendance à augmenter au cours des dernières décennies en raison de nouvelles technologies permettant le trading à distance instantané et des algorithmes à haute fréquence, ce qui accélère et exagère probablement les mouvements du marché.
  • Sur les quatre pires marchés baissiers, trois d'entre eux ont mis au moins 185 jours à se développer. Les marchés baissiers qui se sont développés très rapidement ont eu tendance à subir des baisses ultimes moins graves. Cela présente une éventualité plus optimiste pour les marchés boursiers de 2020 et 2021.

À partir des données présentées ci-dessus, aucune conclusion claire ne peut être tirée quant à la gravité ultime probable du marché baissier de 2020. Cependant, une analyse technique des prix pourrait donner certains indicateurs techniques, qui pourraient être des précédents utiles.

Prévision de l'évolution du krach boursier de 2020

Les marchés baissiers pour les actions ont tendance à baisser plus rapidement que les marchés haussiers. En outre, une fois que les marchés subissent de fortes baisses au-delà de 20 % par rapport au sommet du cours, s'ils continuent à baisser pour atteindre de nouveaux creux, ils reviennent rarement au-delà de 50 % de leur déclin total. Ils ont tendance à produire des creux significatifs qui se maintiennent pendant un certain temps, et qui sont ensuite fortement brisés à la baisse, offrant un signal baissier fiable. Nous pouvons appliquer ces principes à la fluctuation des prix de 2020 indiquée dans le graphique mensuel ci-dessous de l'indice S&P 500.

Tableau des prix mensuels du S&P 500 de 2020

Tableau des prix mensuels du S&P 500 de 2020

Le mouvement du pic à creux en février et en mars est passé d'environ 3 400 à 2 200 points. Cela signifie que l’ancrage heuristique (mental) du « point de basculement » de 50 % de retracement sera visible à 2 800. Si le marché peut faire une première clôture mensuelle au-dessus de 2 800 sans rupture significative en dessous du creux du swing actuel, situé juste en dessous de 2 200, cela serait un signe haussier et suggérerait que le creux ne sera plus testé par la suite. Une autre raison pour laquelle le niveau 2 800 est techniquement important réside dans le fait qu'il est très proche du point auquel ce marché a achevé sa baisse initiale de 20 % par rapport au sommet de février 2020.

Un autre signe haussier serait la première clôture de fin de mois supérieure au cours de clôture réalisé six mois auparavant.

Si ce marché baissier a du mal à s'établir au-dessus de 2 800 et commence à se négocier de manière convaincante plus bas que le creux du swing situé juste en dessous de 2 200, cela suggérerait techniquement que ce marché baissier se développera comme les marchés baissiers de 2008, 2001, 1973 ou même 1929, et continuera à tomber beaucoup plus bas.

Le krach boursier de 2008

Le graphique des prix mensuel ci-dessous du krach boursier de 2008, qui a en réalité commencé en 2007, est illustré ci-dessous.

Tableau des prix mensuels du S&P 500 de 2007/08

Tableau des prix mensuels du S&P 500 de 2007/08

Le deuxième mois de la baisse initiale (marqué par le chandelier au-dessus de la flèche orientée vers le haut) a produit un creux qui a duré plus d'un mois avant d'être brisé. Cela renforce l'importance d'une dépression minimale initiale qui est ensuite testée après un certain temps suite à un retracement considérable. Cela n'est pas marqué, mais on observe qu'il n'y a pas eu de clôture mensuelle au-dessus du niveau de retracement initial de 50 %.

Après plusieurs mois, il y a eu un fort retracement haussier, qui a culminé au chandelier marqué par la flèche orientée vers le bas. Notez que ce chandelier n'a pas été en mesure de clôturer mensuellement au-dessus du niveau de retracement de 50 %, et le marché a continué à faire de nouveaux creux et à poursuivre une baisse des prix à long terme.

Le krach boursier de 2001

Ce marché baissier a mis relativement longtemps à se développer après le pic du marché en 2000, mais une fois la baisse de 20 % atteinte, le prix n'a jamais été proche de faire un retracement de 50 % du mouvement à la baisse par rapport au pic. Cela ajoute du poids à l'argument selon lequel le maintien du prix au-dessus du niveau de retracement de 50 % est un indicateur très crucial de la poursuite d'un marché baissier.

Le krach boursier de 1929

La même chose s'est produite dans le marché baissier de 1973, ainsi que dans le krach boursier de 1929. Après les premiers mois du pire krach boursier de tous les temps, le début des années 1930 a vu la remontée des prix à un peu plus de 25 après être remonté du creux à court terme à environ 20, qui était la zone de retracement de 50 % du mouvement baissier d'environ 30 à 20. Cependant, le retracement de 50 % a de nouveau été respecté.

Comparaison fondamentale des krachs boursiers

Il existe de solides raisons techniques de penser que le marché baissier de 2020 pourrait raisonnablement s’étendre et rivaliser avec les grands marchés baissiers de 2008, 2002, 1973 et même du début des années 1930, si l’indice S&P 500 a du mal à se rétablir au-dessus de 2 800 et s’échange nettement au-dessous de 2 200. Cependant, une analyse comparative devrait également examiner les conditions fondamentales qui prévalent à mesure que ces marchés baissiers se développent.

Pour prendre le pire des cas en premier, celui de 1929, on s'accorde à dire que le problème a commencé avec le krach du marché initial, qui a déclenché une crise de liquidité en raison de la surexposition des institutions financières et des gouvernements, qui a ensuite conduit à une réduction de la demande. Le krach de 2008 a été similaire, mais la demande a été préservée grâce à un programme coordonné d'emprunts massifs du gouvernement déguisé en d'autres mesures. Le krach de 1973 était sans doute différent, étant largement considéré comme le résultat d’une récession émergente plutôt que la cause de celle-ci, la récession étant causée par l’effondrement de facteurs structurels bien établis tels que le pétrole bon marché et les accords de Bretton Woods.

Il y a bien sûr eu des krachs boursiers aussi soudains que graves, mais où le prix a rebondi très rapidement, comme 1987, 1990 et 1998. Ceux-ci méritent d'être étudiés car dans chacun de ces cas, on peut affirmer que les krachs ont été causés par des événements singuliers qui ont rapidement été considérés comme peu importants après un premier flash d'alarme. Les krachs de 1987 et 1998 étaient des corrections attendues depuis longtemps, causées par des marchés très surachetés, prêts à être affectés par la dette institutionnelle – les deux ont vu des reprises extrêmement rapides et sont redevenus des marchés haussiers solides. Le krach de 1990 a été causé par l'annexion inattendue du Koweït par l'Irak, qui ont alarmé la situation en soulevant la perspective d'une grave perturbation des approvisionnements pétroliers du Golfe, de dommages environnementaux majeurs et de la perspective alors presque impensable d'une guerre majeure impliquant les États Unis. Au final, la première guerre du Golfe a été un événement relativement mineur pour tout le monde en dehors de l'Iraq et du Koweït, et les marchés se sont rapidement redressés.

Des facteurs fondamentaux suggèrent que le krach de 2020 sera aussi grave que celui de 1973 et peut-être même de 1929.

Impact économique de la pandémie de coronavirus de 2020

Au moment d'écrire ces lignes, il devient de plus en plus clair que le monde en général, et les pays plus développés du G7 et du G20 en particulier, subiront un impact économique très grave suite à la pandémie du coronavirus. La question est de savoir à quelle vitesse la pandémie pourra être maîtrisée et les économies en difficulté pourront remonter la pente.

Avant le début du mois d'avril 2020, les principales institutions financières prévoyaient déjà un taux de chômage américain supérieur à 32 % et une baisse annualisée du PIB de 23 %. Le problème n'est pas que le coronavirus est particulièrement mortel, le problème est que dans la plupart des pays européens et américains le virus est devenu incontrôlable, les sociétés civilisées devront protéger leur population d'un taux de mortalité présumé d'environ 0,8 %, et le coût de cette protection sera un semi-arrêt économique massif qui devrait durer plusieurs mois même dans le meilleur scénario. Cela entraînera la destruction de la richesse, des entreprises, des capitaux et nécessitera une énorme extension de la dette publique pour maintenir le confinement nécessaire, qui est déjà à un niveau record au niveau mondial. Cela peut être atténué par le fait que presque tous les gouvernements concernés ont agi très rapidement pour assouplir la politique monétaire et emprunter ou imprimer de l'argent massivement pour soutenir leurs populations affectées. Cependant, cela soulève la question de savoir si une telle extension sans fin de la dette est durable. Pire encore, il se peut que plusieurs mois de confinement ne soient pas suffisants pour en finir avec le virus, qui pourrait réapparaître plus tard, sans aucune garantie qu’un vaccin sera trouvé.

Il est difficile de croire que même dans le meilleur des cas, où les pays du G7 gèrent un confinement efficace pendant 2 ou 3 mois seulement et relancent leurs économies par un acte de volonté politique et sociale unifiée, il n'y aura pas suffisamment de dégâts pour pousser les cours boursiers à des niveaux inférieurs à ceux déjà observés. Cela devrait devenir évident au plus tard fin mai 2020, et l'acceptation par le marché de cet état de fait sera signalée par un indice S&P 500 se négociant nettement en dessous de 2 200. Dans ce cas, il devrait tomber au moins à 1 750 d'ici la fin de l'année 2020.

FAQ

Le marché va-t-il s'effondrer en 2020 ?

Le marché s'est déjà effondré en 2020. Le S&P 500 a chuté de près de 37 % par rapport à son sommet historique de février 2020 en seulement cinq semaines, et tous les principaux indices boursiers du groupe des pays du G7 ont chuté de plus de 20 % au cours de la même période.

La bourse mondiale va-t-elle s'effondrer ?

Le marché boursier mondial s'est effondré en 2020 et pourrait encore baisser. La bourse de chaque pays du G7 a chuté de plus de 20 % par rapport à son récent sommet, idem pour 14 pays du G20, au 29 mars 2020.

De combien la bourse a-t-elle chuté en 2020 ?

Les principaux indices boursiers ont fortement chuté de leurs sommets de 2020 à leurs creux, en territoire largement baissier. Au 29 mars 2020, l’indice S&P 500 avait baissé de 35,87 %, le Dow Jones de 38,22 %, le NASDAQ de 32,05 %, le NIKKEI 225 de 31,29 % et le DAX de 40,16 %.

Quel a été le pire krach boursier ?

Le pire krach boursier a été le krach boursier de 1929. Le marché boursier américain a perdu 86,19 % de sa valeur entre 1929 et 1931 après avoir baissé de 20 % en seulement 30 jours de bourse. Le marché américain n'a pas retrouvé sa valeur pendant près de 25 ans après le début du krach et le monde entier a été gravement touché.

Adam Lemon
Adam est un trader Forex qui a 12 ans d’expérience sur les marchés financiers, dont 6 ans avec Merill Lynch. Il est diplômé en gestion de fonds and gestion d’investissement par le Chartered Institute for Securities & Investment au Royaume –Uni.
Suivez Adam Lemon sur twitter
Adam Lemon sur Google+

exclamation mark

Veuillez vous assurer que vos commentaires sont appropriés et qu'ils ne font pas la promotion de services ou de produits, de partis politiques, de matériel de campagne ou de propositions de scrutin. Les commentaires contenant des propos injurieux, vulgaires, offensants, menaçants ou harcelants ou des attaques personnelles de toute nature seront supprimés. Les commentaires incluant du contenu inapproprié seront également supprimés.

0 User comments

exclamation mark

Veuillez vous assurer que vos commentaires sont appropriés et qu'ils ne font pas la promotion de services ou de produits, de partis politiques, de matériel de campagne ou de propositions de scrutin. Les commentaires contenant des propos injurieux, vulgaires, offensants, menaçants ou harcelants ou des attaques personnelles de toute nature seront supprimés. Les commentaires incluant du contenu inapproprié seront également supprimés.

Lire plus
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.